fbpx

IdEx UCAᴶᴱᴰᴵ et 3IA Côte d’Azur : 2 poumons d’innovation pour l’avenir du territoire

En photo d’ouverture : Etudiants du 3IA Côte d’Azur proposant des démonstrations de réalité augmentée lors du World AI Cannes Festival 2022 (DR)

Baptisée « UCAᴶᴱᴰᴵ », l’Initiative d’Excellence (IdEx) portée par Université Côte d’Azur irrigue toute la stratégie de l’Université et de son site, de la recherche fondamentale à l’ouverture internationale, en passant par la formation et le transfert de technologie. Autre projet d’avenir, l’Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle «3IA Côte d’Azur» est l’une de réussites emblématiques issues de la dynamique de recherche et d’innovation impulsée par Université Côte d’Azur et ses partenaires académiques. Décryptage avec Diana Sebbar, Directrice Exécutive de l’IdEx et du 3IA… ou comment ces grands projets à forte visibilité internationale permettent à chaque entreprise, quelle que soit sa taille, de s’associer à une ambition moteur d’innovation et de croissance qui démultiplie le rayonnement du territoire.

Photo : Diana Sebbar, Directrice Exécutive de l’IdEx UCAᴶᴱᴰᴵ et du 3IA Côte d’Azur (Photo: DR)

Seules neuf universités françaises portent à ce jour une Initiative d’Excellence confirmée par l’Etat après évaluation par un jury international, et Université Côte d’Azur en fait partie (1). Mais UCAᴶᴱᴰᴵ est tout sauf une Initiative d’Excellence solitaire, restreinte aux murs des laboratoires et composantes de l’université. Bien au contraire, elle en ouvre grand les portes pour s’enrichir des contributions des entreprises, collectivités et plus largement de tous les acteurs socio-économiques du territoire. Cette approche permet d’imaginer et d’éprouver des solutions à leurs problématiques, mais aussi d’œuvrer ensemble autour d’actions vouées à impacter durablement la société et ses mutations profondes. En favorisant un environnement de recherche de très haut niveau à laquelle s’adossent la formation et l’innovation, UCAᴶᴱᴰᴵ a pour objectif la construction d’une université à fort rayonnement international.

« Pour un porteur de projet, le soutien de l’IdEx peut aussi permettre de faire levier sur des ressources complémentaires auprès d’autres financeurs »

Ce faisant, Université Côte d’Azur contribue activement au rayonnement et à l’attractivité du territoire. « Sa force et sa nouveauté résident notamment dans l’interdisciplinarité de la démarche et dans son ancrage territorial fort », explique Diana Sebbar. « En offrant un terrain favorable à l’émergence et l’attractivité des talents, par l’échange de compétences et de savoirs, la diffusion de la culture scientifique et de l’entrepreneuriat, et le développement des partenariats public-privé, nous construisons sur notre territoire un modèle d’Université innovant – modèle que nous projetons au niveau international et européen grâce au développement de partenariats ciblés et à la co-construction de l’université européenne Ulysseus”. La transversalité d’approches et de connaissances, en ce qu’elle permet d’adresser des sujets complexes qui constituent des défis sociétaux, fonde l’innovation et le lien au territoire. » En adossant les formations de Master et de doctorat à la recherche, les Écoles Universitaires de Recherche d’Université Côte d’Azur – inspirées des Graduate Schools des grandes universités internationales – favorisent la coordination entre la recherche, l’enseignement et l’innovation. L’interaction entre disciplines, qui vise à favoriser l’émergence de nouveaux concepts, est stimulée par les Académies d’Excellence de l’IdEx. Des instituts thématiques encouragent également le dialogue entre les disciplines et l’innovation. Illustration en matière de santé : l’Institut NeuroMod, inauguré en 2021, pour mieux comprendre le fonctionnement du cerveau, ses pathologies, ou encore les processus d’apprentissage. Il mobilise les neurosciences, les sciences humaines et sociales, les mathématiques, la biologie, les technologies informatiques de modélisation… L’Université, pluridisciplinaire par essence, va mobiliser des experts dans son vaste panel de formation et de recherche. Les contributions extérieures, plus que bienvenues, sont souhaitées. « L’IdEx a un effet structurant en favorisant la constitution d’écosystèmes aptes à stimuler les projets de recherche, l’innovation, la création de startups, le développement de formations internationales et innovantes… Aux côtés des entreprises, des collectivités, il joue un rôle moteur de soutien des initiatives. Pour un porteur de projet, le soutien de l’IdEx peut aussi permettre de faire levier sur des ressources complémentaires auprès d’autres financeurs telles que l’Agence Nationale de la Recherche, la Commission Européenne, ou encore des mécènes privés. Le champ des possibles est très large, et les synergies créées permettent de franchir plus rapidement des étapes clés. »

Bâtir et enrichir des écosystèmes

Aujourd’hui, l’IdEx s’articule autour de 22 programmes stratégiques phares. Exemple très concret illustrant comment une dynamique territoriale permet d’adresser un enjeu sociétal : sur la Côte d’Azur, avec l’allongement de l’espérance de vie et un poids démographique des plus de 60 ans supérieur à la moyenne nationale, la question du vieillissement et du bien-être représente un enjeu important. Comment et qu’est-ce que bien vieillir ? Parce que la réponse est multiple, l’Université fédère un pool de compétences où se retrouvent différents centres de recherche et d’innovation (Cancer, maladie d’Alzheimer, pathologies cardiovasculaires, Biobanque du CHU de Nice, cliniciens, Plateforme “Fragilités” sur les troubles de la motricité…) qui œuvrent en étroit partenariat avec le territoire pour développer des solutions et participer à la mise en œuvre des politiques publiques en matière de santé. Autre exemple : à Grasse, pôle international de référence en parfumerie, s’est structuré un campus public-privé dans les sciences de l’odorat – l’Institut d’Innovation et de Partenariats –, où s’engagent des collaborations inédites de recherche, des cursus de formation ajustés aux attentes des entreprises… À Nice, dans la Plaine du Var exposée aux inondations, la logique est similaire autour de la prévention des risques, de l’environnement et le développement durable, à travers l’IMREDD, autour du thème « territoire intelligent et résilient ». À Cannes, les industries créatives constituent l’armature d’un autre écosystème azuréen très prometteur… Comme le démontrent ces exemples, l’ancrage territorial est primordial. L’IdEx peut aller jusqu’à impulser à la carte des formations internationales de niveau Master, comme le démontrent celles lancées dans les domaines des ressources marines, la chimie des arômes et parfums, l’Intelligence Artificielle et la santé… L’IdEx soutient également l’Art et la Culture, mais aussi l’égalité des chances avec son programme UCAᴶᴱᴰᴵ Junior à destination des élèves prometteurs des collèges du Réseau d’enseignement prioritaire ou assimilés.

Photo : L’IdEx soutient de nombreux projets scientifiques mais également sociétaux à l’image du programme UCAᴶᴱᴰᴵ Junior destiné à de jeunes collégiens du territoire, ici en visite découverte sur le campus Sophia Tech (Photo : Gaëlle Simon)

« En soutenant des initiatives qui s’attaquent à des enjeux technologiques et sociétaux, l’IdEx créé un terreau favorable à l’émergence de talents qui contribuent à rendre visibles les compétences d’Université Côte d’Azur et de ses partenaires académiques. En collaboration avec leurs écosystèmes, ces acteurs contribuent à accroître l’impact économique de la recherche par le transfert, avec en ligne de mire la création d’emplois et le renforcement de l’attractivité du territoire» résume Diana Sebbar.

3IA Côte d’Azur: Promouvoir la transversalité d’expertises

Potentiellement transversal à l’ensemble des disciplines, même s’il cible deux axes applicatifs prioritaires (Santé et Territoires intelligents et sécurisés), l’Institut 3IA Côte d’Azur offre un point d’appui que ses partenaires s’emploient à valoriser. « De nombreuses entreprises s’intéressent à l’IA. Afin d’accélérer les partenariats et le transfert de connaissance et de technologies, l’Institut a mis en place le « 3IA techpool ». Interface entre la recherche académique et l’entreprise, cette plateforme d’ingénierie logicielle experte dans les sciences et technologies de l’IA peut être sollicitée par les chercheurs, pour effectuer des développements logiciels nécessaires pour éprouver les solutions et technologies issues de la recherche sur les cas d’usage des entreprises, dans le cadre d’un contrat de collaboration » assure-t-elle. Un conseil industriel au sein duquel sont notamment représentés les clusters d’entreprises locaux «Cluster IA» (PME et startups) et «ICAIR» (grandes entreprises) facilite le dialogue avec l’Institut, qui peut se prolonger jusqu’à la mise en place de collaborations bilatérales, ou encore la création de chaires industrielles. « L’intérêt scientifique et le potentiel d’innovation motivent la mise en place de partenariats avec les entreprises dans les domaines applicatifs de l’Institut, déjà très ouverts. Par exemple, le véhicule intelligent, la “smart city” ou la cybersécurité entrent tout à fait dans l’axe “territoire intelligent” développé par le 3IA. Le 3IA Côte d’Azur et l’entreprise allouent des moyens humains et financiers aux projets d’intérêt commun. L’Institut a d’ailleurs mis en place une cellule chargée de coordonner et d’animer, en lien avec les établissements membres de l’institut, les relations avec les entreprises intéressées par des collaborations en Intelligence Artificielle.

« Les programmes de l’IdEx et du 3IA dédiés à soutenir la création de startups apportent une brique manquante dans la chaîne de l’innovation en intervenant pendant une phase critique où leur concept, même prometteur, manque encore de maturité opérationnelle ou de perspectives commerciales pour susciter l’intérêt des investisseurs potentiels »

La démarche se décline parallèlement sur le soutien aux startups : depuis 2019, le 3IA propose un programme inspiré du succès du dispositif mis en place par l’IdEx (dont plus de vingt projets de startups ont découlé). Quatre projets de startups ont déjà été accompagnés à ce jour par le programme “Start-it-up” du 3IA, trois autres émergent. « Les programmes de l’IdEx et du 3IA dédiés à soutenir la création de startups apportent une brique manquante dans la chaîne de l’innovation en intervenant pendant une phase critique où leur concept, même prometteur, manque encore de maturité opérationnelle ou de perspectives commerciales pour susciter l’intérêt des investisseurs potentiels, mais est trop avancé pour pouvoir bénéficier des financements dédiés à la recherche fondamentale. L’IdEx et le 3IA ont ainsi étoffé le dispositif des moyens accessibles, de la détection de projets à leur développement, en passant par la coordination des acteurs (incubateur, pépinières, pôles de compétitivité, structures de valorisation et de transfert) et la mise à disposition de moyens humains et financiers… C’est un autre symbole de leur effet structurant sur la Côte d’Azur. »

Témoignage vidéo : Justine Lipuma, CEO de Mycophyto. Cette pépite de l’AgriTech a été accompagnée par l’IdEx et la Fondation Université Côte d’Azur. La startup vient de remporter deux prestigieux concours nationaux : i-Nov (Ademe) et Aide au développement DeepTech (Bpifrance).

 

Identifier de nouveaux financements privés pour accélérer des opportunités d’avenir

Malgré un budget national alloué à la recherche et à l’innovation en progression, les moyens restent encore insuffisants par rapport aux besoins (en témoignent notamment les taux de succès relativement faibles aux appels à projets de l’Agence Nationale de la Recherche). Le coronavirus et la crise sanitaire qu’il a engendrée, nous ont fait réaliser – si besoin en était – l’importance du financement de la recherche médicale par exemple.

« Soutenir la Recherche, c’est soutenir aujourd’hui des talents, encourager la création des emplois de demain et renforcer l’attractivité du territoire au service de tous »

Dans ce contexte, le lien avec la Fondation Université Côte d’Azur s’impose naturellement. Cette dernière offre à l’Université un vecteur de levée de dons financiers ou en nature qui peuvent bénéficier aux projets et initiatives identifiées ou soutenus par l’IdEx ou le 3IA. Le rôle des entreprises mécènes est crucial, mais le grand public peut également fournir des ressources, par des dons ou legs patrimoniaux qui consolideront encore la capacité d’action. « Le dialogue est régulier avec le comité stratégique de la Fondation, précise Diana Sebbar qui en est l’un des membres. Il y a un large éventail de sujets à explorer et de collaborations à instaurer, avec des grands groupes, des PME, des startups ou des particuliers qui souhaitent participer à l’effort collectif. Malgré l’avantage fiscal qu’il engendre, il semble que le mécénat pour la recherche paraît encore assez peu évident aux entreprises et particuliers, peut-être en raison du fait que les retombées s’inscrivent sur le long terme. Il relève pourtant d’un véritable enjeu pour préparer l’avenir du territoire et de la société ». En pleine levée de fonds, la Fondation identifie cependant une évolution très positive. Et Brice Farrugia, son Directeur Exécutif Développement, de reprendre : « Dans le cadre de cette levée, nous rencontrons chaque jour des entreprises de toutes tailles. Nous nous rendons compte à quel point il est important d’expliquer l’excellence d’Université Côte d’Azur dans tous ces programmes avec des chercheurs d’exception. Le quantique est un exemple significatif. Une boucle quantique de 50 km est continûment opérationnelle depuis juillet 2021 avec bientôt un relais satellitaire. Au-delà de cet exploit technologique, il y a des perspectives majeures de création d’entreprise, d’innovation mais aussi de renforcement de la résilience des entreprises face aux risques de cybercriminels. Soutenir la Recherche, c’est soutenir aujourd’hui des talents, encourager la création des emplois de demain et renforcer l’attractivité du territoire au service de tous. »

Vous souhaitez contribuer dès aujourd’hui au succès des initiatives menées par l’IdEx ? L’équipe de la Fondation Université Côte d’Azur se tient à votre écoute pour envisager ensemble les moyens les plus adaptés.

 

En savoir plus sur UCAᴶᴱᴰᴵ
(1) La décision de pérennisation de l’initiative d’excellence de l’Université Côte d’Azur a été prise le 30 juin 2021 par le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le Secrétariat Général à l’Investissement, après une évaluation par un jury international. Elle ponctuait une période de quatre ans qui a permis, à travers le Programme d’Investissement d’Avenir, d’injecter 58 millions d’euros dans la recherche, la formation et l’innovation.

Découvrez également dans la thématique
Quantique : le défi de la résilience des infrastructures
Bienvenue à bord de la nouvelle Chaire dédiée à la préservation et valorisation des Ressources Marines