fbpx

Générosité en actions : Comment un grand donateur accélère la recherche sur l’ensemble du territoire azuréen

Photo : (de gauche à droite) le Pr Benoît Miramond, Franck Diard et Alexandre Caminada, Directeur de Polytech Nice Sophia (© Gaëlle Simon, DR)

 

“Ingénieur Distingué” et “Maître Inventeur” au sein du leader mondial du calcul informatique NVIDIA (26,9 Md$ de CA en 2022, 22 400 employés(1), Franck Diard est à l’origine de 102 brevets (lire le portrait). Plus de 20 ans passés aux États-Unis l’ont convaincu que la philanthropie était un réflexe à inscrire durablement dans le temps, en particulier pour les alumni – anciens élèves – envers les écoles qui les ont formés. Homme d’action et d’engagement, Franck Diard a ainsi décidé de soutenir Université Côte d’Azur à travers une de ses composantes, son ancienne école, Polytech Nice Sophia. Cela se traduit par un don majeur de 400 000 €. La première tranche de ce don – 200 000 € – a permis d’acquérir différents équipements dont un super calculateur Lenovo de dernière génération équipé de cartes GPU NVIDIA. Aujourd’hui, il ouvre d’immenses perspectives en termes de recherche, d’innovation, de partenariats public-privé, de formation et même de création d’emploi sur le territoire azuréen. Plongée au cœur d’un don en actions ! 

Il y a des dons qui transforment littéralement la vie de chercheur. Et celui de Franck Diard en fait partie. « Nous disposons désormais du super calculateur le plus avancé technologiquement au sein d’Université Côte d’Azur » souligne Alexandre Caminada, Directeur de Polytech Nice Sophia. « C’est un outil formidable car il dispose des technologies les plus récentes que seules généralement les grandes entreprises peuvent acquérir. Le don de Franck nous permet de nous mettre au meilleur niveau du marché. Là où il nous fallait des mois de calculs, le temps se compte désormais en jours. »

 

La puissance de calcul du calculateur permet d’analyser beaucoup plus de données en un temps compatible avec la compétition internationale sur l’IA. »

 

IA et calculs complexes

« Ce calculateur, c’est le Lenovo ThinkSystem SR670 V2 et son logiciel d’orchestration LiCO pour tâches de Machine Learning » précise le Pr Benoît Miramond, Directeur de la Recherche de Polytech Nice Sophia et titulaire d’une Chaire du 3IA Côte d’Azur. « Il est équipé de 6 cartes GPU NVIDIA A40 qui intègrent plusieurs brevets inventés par Franck Diard. Il dispose d’une forte capacité à délivrer une performance optimale évolutive pour les tâches d’intelligence artificielle, de calculs complexes et graphiques avec la meilleure accélération GPU de sa catégorie. »

 

Photo : Le super calculateur Lenovo possède 6 cartes GPU NVIDIA A40 qui intègrent des brevets issus des recherches de Franck Diard (© NVIDIA, DR)

 

Nouveaux partenariats stratégiques

Cette nouvelle puissance de calcul séduit de nouveaux partenaires et de nouvelles relations s’établissent avec de grandes entreprises. Exemple avec Renault et des études sur le développement d’un réseau de neurones artificiels de 3ème génération pilotées par Université Côte d’Azur dans le cadre d’un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). « Les résultats sont tangibles » déclare le Pr Miramond, « avec déjà une première publication à la conférence internationale IEEE sur les réseaux de neurones IJCNN sur la Détection d’objets à l’aide de réseaux de neurones à spikes sur données événementielles automobiles. » Cette recherche internationale porte sur la sécurisation des décisions prises par le véhicule autonome en particulier dans les environnements routiers complexes. « La puissance du calculateur permet d’analyser beaucoup plus de données en un temps compatible avec la compétition internationale sur l’IA. En prenant du recul, nous nous rendons compte à quel point disposer de ce calculateur ouvre la voie à de fructueux partenariats avec des startups et des grandes entreprises. Ce sont autant de perspectives de partenariats public-privé dans le domaine de la recherche que de potentiels futurs emplois pour nos étudiants. » Une autre étude liée à ce don est en cours de publication. Elle concerne des travaux menés par Université Côte d’Azur et le CNRS sur le débruitage d’images de haute résolution à faible consommation avec des applications sur les drones, les satellites et même les téléphones portables.

 

 

Video : Capture vidéo du premier algorithme d’object detection à base de réseaux de neurones de 3e génération (dits neurones à spikes) sur données de camera événementielle (ici sur la technologie Prophesee). Algorithme développé en collaboration entre le laboratoire LEAT d’Université Côte d’Azur et Renault Software Factory à Sophia-Antipolis. L’apprentissage du réseau de neurones a été réalisé sur le calculateur “DR-1” de Polytech. (DR)

 

De la puissance de calcul pour la recherche scientifique

Après une phase d’installation en relation étroite avec les ingénieurs de Lenovo (octobre 2021), puis d’évaluation (novembre 2021), le calculateur est entré en phase d’utilisation nominale depuis avril 2022. Et le Pr Miramond d’expliquer : « C’est tout sauf une machine ordinaire. Nous devons valider la capacité à supporter des charges constantes de plus en plus importantes. Université Côte d’Azur est un des premiers acteurs académiques en Europe à implémenter ce type de système de nouvelle génération. Nous sommes des bêta testeurs avec la nécessité de suivre des étapes de validation. Nous allons ouvrir progressivement l’accès à cette puissance de calcul à la communauté scientifique d’Université Côte d’Azur et de ses composantes. Cela passe par d’étroites collaborations avec l’Institut d’Intelligence Artificielle « 3IA Côte d’Azur ». Cela représente un potentiel de 33 laboratoires de sites. Actuellement, nous sommes 4 Professeurs d’Université à l’utiliser (Pr Lionel Fillatre, Pr Florent Jaillet, Pr Michel Barlaud) dans 3 laboratoires (LEATI3SPLab). Six doctorants s’appuient également sur la puissance de calcul pour modéliser leurs recherches (Loic Cordone, Pierre-Emmanuel Novac, Charles-Olivier Artizzu, Quentin Guimard, Oussama Sabri, Jonathan Courtois) tout comme des chercheurs comme par exemple Andrea Castagnetti du CNRS. « Le calculateur ouvre la voie à de nouveaux travaux car son logiciel d’orchestration simplifie son utilisation » atteste le Pr Benoît Miramond. « Il est vraiment très pratique car l’utilisateur peut déposer une tâche de Deep Learning sans attendre le résultat derrière son poste de travail. Celui-ci lui sera communiqué dès que le travail sera terminé, en comptant sur la vitesse de calcul associée des 6 cartes graphiques Nvidia. La combinaison entre une technologie de pointe et une vitesse de calcul majeure est extrêmement intéressante pour l’ensemble de nos recherches liées à l’Intelligence Artificielle et maintenir Université Côte d’Azur parmi les acteurs majeurs dans ce secteur de recherche et d’innovation où la concurrence internationale est rude. Nous repoussons le champ des possibles. »

 

Université Côte d’Azur est un des premiers acteurs académiques en Europe à implémenter ce type de système de nouvelle génération. Nous sommes des bêta testeurs avec la nécessité de suivre des étapes de validation. »

 

Rayonnement et attractivité

Parmi les atouts de l’intégration de ce nouveau supercalculateur, Alexandre Caminada note un réel intérêt de la communauté scientifique, actuelle ou de demain… les étudiants. « C’est un avantage indéniable qui contribue au rayonnement de l’école, favorable à l’attractivité de nouveaux enseignants chercheurs et de nouveaux étudiants pour qui cet équipement représente une sorte de graal généralement inaccessible. Le nom de celui qui investit est tout aussi important, car là encore, cela donne un signal fort au marché. Cela signifie que Polytech Nice Sophia est une école particulièrement performante où des travaux scientifiques d’ampleur internationale sont menés. »

 

Former des talents territoriaux

Le calculateur – baptisé DR-1 et se prononçant à l’anglaise en clin d’œil à son mécène – va également directement impacter l’emploi. « Nous lançons par exemple une nouvelle formation d’ingénieur en robotique systèmes autonomes à la rentrée 2022 » précise Alexandre Caminada. « Les premiers 24 étudiants vont apprendre en utilisant cette technologie de pointe. Ils vont donc naturellement développer des compétences extrêmement recherchées dans les secteurs du transport, de la santé, du spatial… C’est d’autant plus important quand on sait que 40% de nos diplômés intègrent une entreprise basée dans les Alpes-Maritimes. Cela apporte donc directement de la valeur aux entreprises du territoire. »

 

Favoriser de nouveaux financements

À travers son don, Franck Diard a souhaité créer de nouvelles dynamiques de soutien d’Université Côte d’Azur, des étudiants-chercheurs et de la recherche. Exemple là encore très concret avec une mise en relation privilégiée avec la Direction de NVIDIA France qui a permis le versement de 20 000 euros de taxe d’apprentissage à Polytech Nice Sophia. Et Alexandre Caminada de rebondir : « Avec ce versement, NVIDIA se place dans le Top 10 des entreprises qui alimentent notre budget avec surtout de nouvelles relations qui se tissent. Approcher de grands groupes internationaux se révèle particulièrement difficile. Quand un dirigeant nous ouvre les portes de son réseau cela représente un atout considérable. »

 

 

(1) Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Nvidia