fbpx

Banque Populaire Méditerranée, membre fondateur de la Fondation Université Côte d’Azur


Rencontre avec Jean-Pierre Miquelis, directeur du développement de Banque Populaire Méditerranée et Fabienne Scotto Di Mase, directrice du marché « professionnels et entreprises » du pôle développement.

Pouvez-vous présenter la Banque Populaire Méditerranée à nos lecteurs ?

Jean-Pierre Miquelis : La BP Med est née en 2017 de la fusion de la Banque Populaire Provençale et Corse, de la Banque Populaire Côte d’Azur et de la Banque Chaix. L’histoire de la Banque Populaire Méditerranée est récente, mais nous avons une antériorité forte sur nos trois banques structurantes. Comme toutes les entités du groupe, nous sommes une banque généraliste avec une forte orientation vers les professionnels, entreprises, artisans, professions libérales, agriculteurs, viticulteurs ainsi que sur les particuliers de la fonction publique et la gestion de patrimoine.

Fabienne Scotto Di Mase : La Banque Populaire est la Première banque des PME pour la douzième année consécutive, une Banque qui a conservé son ADN : elle a été créée par des artisans pour les artisans et les entrepreneurs. La BP Med est une banque coopérative régionale proche de son territoire (les départements du 06, 13, 83, 84 ainsi que la Région Corse et MONACO). Ce qui explique notre fort engagement auprès des acteurs locaux dont le partenariat avec la Fondation Université Côte d’Azur fait partie.

J.P.M : Cet ancrage dans le territoire est une vraie particularité de la BP Med. Une banque Mutualiste dont le siège social est à Nice, la Direction Générale à Marseille. Les décisions se prennent toutes au niveau local. Notre Conseil d’Administration siège en local et il est entièrement composé par des entrepreneurs de notre territoire. Nos sociétaires sont nos clients.

Pouvez-vous détailler cette implication territoriale ?

F.S.D : Nous ne pouvons pas être acteur et faire partie des décideurs d’une région si nous ne  sommes pas impliqués dans le tissu territorial en étant au plus proche de nos professionnels et entreprises et au-delà de nos sociétaires. Ce qui implique pour nous de travailler aux côtés des chambres consulaires comme la chambre de métiers, la chambre de commerce et d’industrie, la CRESS, les syndicats professionnels, les institutionnels. Ces professionnels, qui connaissent bien le territoire, siègent par ailleurs au conseil d’administration de notre organisme de caution la SOCAMA. Ils donnent leurs avis sur les dossiers des entrepreneurs qui sollicitent un financement auprès de notre banque. Il y a une forte imbrication entre la BP Med, le tissu économique de la région et les institutionnels.

Vous êtes membre fondateur de la Fondation Université Côte d’Azur. Pourquoi cet engagement ?

J.P.M : Cela rejoint tout ce que nous avons dit précédemment : notre volonté d’être proche de notre territoire, de soutenir le tissu local, de participer à ses actions phares. Pour nous, participer à une fondation universitaire est un choix naturel en lien avec nos racines. Dans le domaine du particulier nous nous sommes développés en partie grâce à la CASDEN BP (Caisse d’Aide Sociale de l’Education Nationale Banque Populaire). Pour être le plus proactif possible, nous nous mobilisons sur des sujets que nous connaissons. Pour avoir siégé en tant que représentant de la BP Med au Conseil d’Administration de la Fondation Université Côte d’Azur, je trouve que nous avons là une Fondation qui, à travers ses diverses actions, promeut à la fois l’activité de l’université et stimule la création de chaires dans le domaine de la transition écologique, un domaine essentiel aujourd’hui. La chaire « Ressources marines », la chaire Bergian dans le domaine de l’agriculture responsable, la chaire Smart Home&Mobility explorent et développent des sujets qui nous fédèrent au sein de BP Med.

F.S.D : Oui, d’autant plus que nous accompagnons les professionnels dans leur transition écologique. Nous sommes concernés par l’envie d’entreprenariat des universitaires et des étudiants que relaie, soutient et accompagne la Fondation parce que notre métier est aussi d’accompagner ces créateurs d’entreprises. Aujourd’hui, nous rejoignons la Fondation sur ce point, même si au départ notre engagement partait plus de notre volonté de participer au développement de l’université sur son territoire. L’accélérateur SEED porté par la Fondation nous motive particulièrement, nous pourrons proposer nos outils aux étudiants créateurs : notre expertise dans le domaine de l’accompagnement et nos outils financiers.

J.P.M : Tous les sujets qui mobilisent la Fondation portent sur les grands enjeux de notre société, des enjeux sur lesquels nous travaillons en ce moment au sein de notre établissement : l’innovation, le digital, l’économie marine, les énergies renouvelables, l’entreprenariat (étudiant en l’occurrence). Les actions qu’elle mène pour l’égalité des chances, l’inclusion et la mixité en font également partie. Aujourd’hui, nous nous retrouvons au carrefour des missions menées par la Fondation, ce qui renchérit notre partenariat, un engagement qui trouve pleinement sa place dans notre démarche RSE et dans le nouveau plan stratégique de la BP Med pour les trois années à venir.

Concrètement, comment se traduit ce rôle de membre fondateur au sein de la Fondation ?

J.P.M : Au-delà de la contribution financière, être membre fondateur c’est être un membre actif. C’est participer au Conseil d’Administration, aux prises de position de la Fondation, mais c’est aussi contribuer à la réflexion sur tous les sujets qui animent la Fondation, faire du prosélytisme pour cette dernière. Quand on est administrateur d’une fondation, la moindre des choses est de porter ses sujets, de relayer ses actions. Enfin, être membre fondateur, c’est apporter sa pierre à l’édifice en termes d’idées, de manifestations en commun, de réflexions à mettre en perspective. Nous espérons bien continuer à tenir notre rôle.

F.S.D : Il y aussi des traductions plus opérationnelles de notre action auprès de la Fondation. Comme nous accompagnons les entreprises, nous pouvons intervenir sur certains évènements pour partager notre expertise de banquier dans le domaine de la création. Je ne parle pas d’un accompagnement commercial mais d’un soutien concret du type : comment monter un dossier pour obtenir un prêt ? Nous pouvons aussi agir auprès des étudiants aux côtés de la Fondation.

Cet engagement au sein de la Fondation est-il important pour votre Établissement ?

J.P.M et F.S.D : Oui très important nous l’avons vu, on peut ajouter un dernier point sous le prisme des recrutements. Aujourd’hui les jeunes choisissent les entreprises qu’ils veulent intégrer en fonction des missions qu’elles se donnent, des valeurs qu’elles incarnent. Ils privilégient les entreprises qui sont utiles pour leur territoire, qui expriment un engagement fort et volontaire le tout dans une démarche RSE sincère. Pour être attractive, une Banque comme BPMED doit pouvoir démontrer des actions concrètes, celles que nous menons aux côtés de la Fondation Université Côte d’Azur en sont une des illustrations.

Photographie : (c) DR

Découvrez également dans la thématique
Riviera Réalisation rejoint la Fondation avec de très fortes ambitions pour le territoire
Rencontre avec Stéphane BARDET et Jean-Michel SALA nouveaux administrateurs
Rencontre avec Michel Cibelly, président fondateur du Groupe Cibelly, membre fondateur de la Fondation UCA
Société Générale Nice, mécène de deux bourses « Égalité des Chances »